Actualités

Dates Rentrée session 2020-2021
Dates Rentrée session 2020-2021
>> Lire la suite
Porte Ouverte Online
Porte Ouverte Online
>> Lire la suite
Toutes les actualités

Video

Qui sommes-nous ?

En savoir plus
Menu

La mise en jeu des mécanismes somesthésiques

Les mécanismes correctifs utilisés en Biokinergie s’appuient sur les mécanismes somesthésiques qui président à l’équilibre du corps.

L’équilibre dans le monde du vivant n’a rien d’une situation acquise et pérenne, notre organisme n’échappe pas à cette loi. Nous sommes en permanence dans un état de déséquilibre et notre apparente stabilité (physique, métabolique, psychique etc..) n’est en fait qu’un état de déséquilibre contrôlé, stabilisé. Les deux mécanismes mis en jeu sont l’homéostasie (pour les constantes du milieu intérieur) et la somesthésie : système sensoriel permettant de recueillir l’information sensorielle extéroceptive, proprioceptive et intéroceptive du corps.

Quelque soit le processus, le principe d’action est toujours le même : il débute avec une information captée par un récepteur sensoriel, l’information se transforme ensuite en un message électrique envoyé à un centre nerveux qui traite l’information et renvoie à son tour une information électrique à un organe effecteur qui déclenche une réponse adaptée.

La somesthésie nous permet d’être en permanence dans un état articulaire, tensionnel et postural stable. Pour ce faire une multitude d’arcs réflexes correcteurs (proprioceptifs, nociceptifs, thermiques etc…) sont mis en jeu à chaque seconde dans un mode action /réaction. Tant que cette boucle se fait correctement, l’état d’équilibre est stable, mais pour un certain nombre de raisons, (accumulation de stimulations inappropriées dans un temps restreint, déséquilibres biochimiques métaboliques, fatigue psychique) la boucle ne se fait pas correctement et un arc réflexe pathologique va se mettre en place fixant la situation par un spasme, une contracture, une stase. Le corps, ne parvient plus à rétablir l’équilibre, ce sont alors ses systèmes de protection qui en exagérant le processus somesthésique locale, verrouillent la situation.

Par exemple, lorsqu’une vertèbre n’arrive plus à trouver son point d’équilibre par rapport aux autres vertèbres (ce qui fait l’objet d’une recherche permanente), elle se bloque avec contracture des muscles agonistes d’un coté et spasme en étirement des muscles antagonistes Dans l’impossibilité de contrôler la fonction, le corps limite le mouvement…le symptôme s’installe.

Il convient de distinguer deux types d'arcs réflexes : 

  • L'arc réflexe correcteur qui se fait en permanence et qui ne génère aucun symptôme tant que la situation s'équilibre, l'arc réflexe se fait en toute liberté
  • L'arc réflexe pathologique qui est la résultante d'un réflexe non abouti et d'une situation fixée. Il se produit alors, conjointement aux tensions tissulaires et aux blocages articulaires, une accumulation de toxines et une activité électrique anarchique. On peut percevoir localement les signes d'une perturbation biologique.

L'objet du traitement en Biokinergie est de remettre le patient dans sa capacité somesthésique d'auto-régulation en respectant la chronologie selon laquelle les déséquilibres à l'origine de la pathologie se sont installés.