Actualités

Dates Rentrée session 2020-2021
Dates Rentrée session 2020-2021
>> Lire la suite
La presse en parle : Journal féminin
La presse en parle : Journal féminin "Prima"
>> Lire la suite
Toutes les actualités

Video

Qui sommes-nous ?

En savoir plus
Menu

Les principes de la méthode

La Biokinergie est une Thérapie manuelle articulaire et tissulaire neuro-informationnelle :
  • Articulaire et tissulaire car elle prend en compte la rééquilibration simultanée des différentes structures et strates tissualires (os, viscères, muscles, tissus sous-cutanés, peau) en privilégiant tout particulièrement les fascias qui enveloppent, cloisonnent et relient sans discontinuité chaque élément anatomique.
  • Neuro car elle repose sur un mode d'action réflexe somesthésique qui s'organise au sein des systèmes neuro-somatiques et neuro-végétatifs générant des actions au niveau neuro-musculaire, neuro-humorale, neuro-hormonale  et neuro-vasculaire.
  • Informationnelle car elle agit directement au-delà de ses actions biomécaniques et tissulaires, sur les multiples échanges d'informations (neurologiques, circulatoires, hormonales, biochimiques, électromagnétiques...) qui s'opèrent en permanence au sein de nos tissus pour réguler nos activités physiques, biologiques et psychiques.

 

 

UNE PRATIQUE EN 3 DIMENSIONS

Les bilans palpatoires et les techniques correctives de la Biokinergie ont pour objectif de rétablir l'équilbre fonctionnel du corps dans ses dimensions : 

  • Biomécanique : corrections des blocages ostéo-articulaires, harmonisation des fascias, libération des contractures musculaires, normalisation de la mobilité et motilité des viscères
  • Énergétique par l'équilibration neuro-physiologique des échanges biochimiques, neuro-vasculaires, neuro-hormonaux et par la stimulation des points d'acupuncture et de réflexologie
  • Psycho-corporelle par ses actions somato-émotionnelles visant à libérer l'impact négatif sur nos tissus et nos fonctions physiques et psychiques, du stress et des processus de refoulement de nos différents chocs affectifs, déceptions, inquiétude, deuils...

 

UNE APPROCHE INTÉGRATIVE

La Biokinergie associe dans ses gestes correctifs, la stimulation des capteurs neuro-sensoriels, la mobilisation des structures osseuses, musculaires, viscérales et la mise en position de libération tensionnelle des tissus mous (muscles, fascias, ligaments...).

Elle offre ainsi aux praticiens une méthodologie efficace dont l'action conjugue les bénéfices et se situe au carrefour des concepts de l'Ostéopathie, des techniques de fascias, de la Médecine chinoise et des thérapies manuelles réflexes.

La combinaison de ces actions qui s'effectuent le plus souvent simultanément, réalise une véritable approche intégrative des pratiques de soins manuels. Leur intégration dans une même discipline a été rendue possible par la mise en évidence de modifications tensionnelles et trophiques au niveau de points réflexes localisés systématiquement en regard des dysfonctions à corriger, quelque soit la nature du désordre (ostéo-articulaire, myo-fasciale, ligamentaire, viscérale, neuro-végétative) et sur les points d'acupuncture à stimuler.

La libération de ces modifications tensionnelles réflexes punctiformes par des pressions rotatoires kinésodiques (1) (techniques de foulage) contribue à déclencher les processus correcteurs adaptés :

  • Activation de la transduction neuro-informationnelle somatique, vasculaire et viscérale favorisant l'harmonisation des échanges vasculaires et biochimiques
  • Stimulation des points d'acupuncture pour bénéficier des actions antalgiques, anti-inflammatoires, décontractantes, métaboliques... de la Médecine chinoise
  • Production de réflexes activateurs et inhibiteurs neuro-musculaires qui sont à l'origine du déclenchement d'un mouvement correcteur des os, des organes et des différentes structures par la modification des forces et des tensions myo-faciales en présence.

L'accompagnement par le praticien, des mouvements correcteurs dans le sens de la facilité ou de la restriction, selon la technique ostéo-articulaire, viscérale ou myo-fasciale déclenchée par la stimulation des points réflexes, contribue, par des mobilisations adaptées, à placer les tissus dans la position propice à la levée de l'arc réflexe auto-entretenant la dysfonction. Les tissus se relâchent, les tensions myo-fasciales s'équilibrent, les os, les viscères se recentrent et retrouvent leur mobilité initiale sans qu'il soit nécessaire d'appliquer des forces manipulatrices imposées.

Les points réflexes utilisés en Biokinergie pour déclencher les corrections ostéo-articulaires, viscérales et myo-fasciales, et les points d'acupuncture qui nécessitent d'être traités présentent, quelque soit leur nature, la caractéristique commune de réagir à la pression par un léger mouvement de rotations des tissus sur eux-mêmes. On retrouve cette manifestation uniquement en regard des désordres primaires à corriger et sur les points d'acupuncture en lien avec les perturbations à traiter. Leur détection par un bilan palpatoire approprié complète les tests de mobilité ostéo-articulaires, viscéraux, l'évaluation des tensions myo-fasciales et les bilans énergétiques de la médecine chinoise. Leur localisation permet de distinguer les désordres primaires à corriger des désordres secondaires adaptatifs, définissant ainsi, une logique de traitement et une priorisation des actions à mener.

(1) kinésodique : qui accompagne les mouvements (mouvements produits ici dans les différents plans de l'espace en réaction à la pression)

 

LA MISE EN JEU DES MÉCANISMES SOMESTHÉSIQUES

Les mécanismes correctifs utilisés en Biokinergie s’appuient sur les mécanismes somesthésiques qui président à l’équilibre du corps.

L’équilibre dans le monde du vivant n’a rien d’une situation acquise et pérenne, notre organisme n’échappe pas à cette loi. Nous sommes en permanence dans un état de déséquilibre et notre apparente stabilité (physique, métabolique, psychique etc..) n’est en fait qu’un état de déséquilibre contrôlé, stabilisé. Les deux mécanismes mis en jeu sont l’homéostasie (pour les constantes du milieu intérieur) et la somesthésie : système sensoriel permettant de recueillir l’information sensorielle extéroceptive, proprioceptive et intéroceptive du corps.

Quelque soit le processus, le principe d’action est toujours le même : il débute avec une information captée par un récepteur sensoriel, l’information se transforme ensuite en un message électrique envoyé à un centre nerveux qui traite l’information et renvoie à son tour une information électrique à un organe effecteur qui déclenche une réponse adaptée.

La somesthésie nous permet d’être en permanence dans un état articulaire, tensionnel et postural stable. Pour ce faire une multitude d’arcs réflexes correcteurs (proprioceptifs, nociceptifs, thermiques etc…) sont mis en jeu à chaque seconde dans un mode action /réaction. Tant que cette boucle se fait correctement, l’état d’équilibre est stable, mais pour un certain nombre de raisons, (accumulation de stimulations inappropriées dans un temps restreint, déséquilibres biochimiques métaboliques, fatigue psychique) la boucle ne se fait pas correctement et un arc réflexe pathologique va se mettre en place fixant la situation par un spasme, une contracture, une stase. Le corps, ne parvient plus à rétablir l’équilibre, ce sont alors ses systèmes de protection qui en exagérant le processus somesthésique locale, verrouillent la situation.

Par exemple, lorsqu’une vertèbre n’arrive plus à trouver son point d’équilibre par rapport aux autres vertèbres (ce qui fait l’objet d’une recherche permanente), elle se bloque avec contracture des muscles agonistes d’un coté et spasme en étirement des muscles antagonistes Dans l’impossibilité de contrôler la fonction, le corps limite le mouvement…le symptôme s’installe.

Il convient de distinguer deux types d'arcs réflexes : 

  • L'arc réflexe correcteur qui se fait en permanence et qui ne génère aucun symptôme tant que la situation s'équilibre, l'arc réflexe se fait en toute liberté
  • L'arc réflexe pathologique qui est la résultante d'un réflexe non abouti et d'une situation fixée. Il se produit alors, conjointement aux tensions tissulaires et aux blocages articulaires, une accumulation de toxines et une activité électrique anarchique. On peut percevoir localement les signes d'une perturbation biologique.

L'objet du traitement en Biokinergie est de remettre le patient dans sa capacité somesthésique d'auto-régulation en respectant la chronologie selon laquelle les déséquilibres à l'origine de la pathologie se sont installés.

 

LE RÔLE CLÉ DES FASCIAS

Le squelette osseux ne serait rien sans un squelette fibreux qui lui donne ses formes, le stabilise et lui permet de se mettre en mouvement. Ce deuxième squelette, fibreux, appelé « fascia » enveloppe et cloisonne l’ensemble de nos structures osseuses, musculaires, viscérales, sans discontinuité de la tête aux pieds. Composé de tissus conjonctifs denses ou lâches, richement vascularisés et innervés, il est le support des échanges et des informations.

L’existence des fascias est connue depuis très longtemps, ils font aujourd’hui l’objet de recherches scientifiques qui permettent de mieux comprendre les mécanismes produits lors de leur sollicitation. Grâce à sa structure en toile d’araignée qui enlace au plus profond les structures musculaires et viscérales, il permet de capter l’information sensorielle du système somesthésique au plus près des structures mises en jeu dans les différentes fonctions du corps permettant de percevoir en surface, au niveau de la peau, des perturbations inscrites dans les tissus les plus profonds et souvent à distance d’une zone symptomatique (une expérience allemande a démontré qu’en étirant la chaine postérieure des membres inférieurs, le sujet gagnait de l’amplitude en flexion lombaire)

Les gouttières fibreuses qu’ils créent sont le lieu de passage à la fois des vaisseaux, des nerfs et du système méridien utilisé en Médecine chinoise. Ils sont un lieu d’échange et une voie informationnelle importante. Les fascias représentent en Biokinergie une véritable interface entre la correction des structures myo-fasciales, ostéo-articulaires, viscérales et les actions de la Médecine chinoise.